Seconde équipe

Dans la plupart des pays où la culture du cinéma d’action existe, l’équipe de tournage est scindée en 2 groupes : la première équipe et la seconde. L’équipe principale tourne les scènes les plus « importantes » notamment avec les acteurs principaux du film, la seconde équipe déleste la charge considérable de travail en s’occupant de l’action. En général, les réalisateurs des blockbusters américain, anglais… que l’on a l’habitude de voir laissent souvent le poste de réalisateur 2eme équipe au coordinateur de cascade. En effet qui de mieux placé pour mettre en lumière une scène d’action que celui qui est en est à l’origine…

Cela permet de voir des films avec des scènes d’actions époustouflantes, comme par exemple dans le film Kingsman, où le réalisateur 2eme équipe et coordinateur des cascades n’est autre que Brad Allan le seul occidental à avoir intégré l’équipe de Jackie Chan.

La France reste malheureusement toujours à la traîne… les réalisateurs ne voulant pas confier quelques scènes de leur film à un tiers. Ce qui nous donne des films où l’action reste complètement incompréhensible, pas mise en valeur, sur découpé… Comme par exemple sur un film comme Banlieue 13 où la plupart des scènes ont été exécuté par de très bons cascadeurs mais que le montage, les cadres ont complètement dévalorisé. J’ai eu l’occasion plusieurs fois de régler les actions sur des longs métrages où le réalisateur déclarait ne pas aimer tourner les scènes de combat, il trouvait ça « chiant »… sans toutefois me laisser prendre la caméra ou juste me faire confiance sur les axes de caméra que je lui proposais.

La grande référence en la matière reste le cinéma d’action asiatique, où le plan large et les longues séquences restent très souvent utilisés. Avec ce genre de technique ont ne peut pas tricher : si la chorégraphie est molle que les coups ne sont pas crédibles, ils est très difficile de rattraper tout ça au montage. Mais encore une fois la plupart des réalisateurs asiatiques de 2eme équipe ont un background de cascadeur où d’artiste martial. Dans le film Rumble In The Bronx de Jackie Chan, le réalisateur Stanlay Tong exécute une cascade énorme en sautant d’un building à un autre car il ne voulait pas imposer à un acteur une cascade qu’il ne serait pas capable d’exécuter… (cascade que Jackie Chan exécutera non câblé, le maitre reste le maitre)

Outre atlantique, Chad Stahelski et David Leitch tous deux cascadeurs renommés ont co-réalisé leur premier film « John Wick » en 2013, après de nombreuses années à avoir travaillé en tant réalisateur 2eme équipe sur de nombreux blockbusters américain. Le film a connu un vrai succès et Chad a réalisé en 2016 le second volet de ce film. Quelle belle histoire de celui qui a doublé Keanu Reeves sur Matrix, et qui aujourd’hui le dirige sur ces propres films…

Les jeunes générations de cascadeurs français maitrisent de plus en plus la réalisation, travailler avec une caméra lors d’entrainement est devenu quelque chose d’habituel. Souhaitons que les jeunes générations de réalisateur soient plus ouvertes car le résultat de LEUR film n’en sera que meilleur.

Quelques régleurs français ont eu quand même l’opportunité de diriger une seconde équipe : Mohamed Elachi a eu l’occasion mettre en avant ses qualités de réalisateur action sur la série Transporter ainsi qu’Olivier Schneider sur le tournage du film Child 44. Encore une fois, ce sont des productions étrangères qui font confiance et donnent leur chance à des talents de français…

Les deux exception en France qui me viennent à l’esprit sont celles d’Alain Figlarz sur la série No Limit où il a pu diriger la seconde équipe après 30 ans de carrière… et la série Playground qu’Olivier Schneider a co-réalisé, un grand bon en avant comme quoi tout n’est pas perdu.

Mais d’autres cascadeurs/régleur comme Manu Lanzi, Kefi Abrikh, Marc David, Vincent Gatinaud, Laurent Démianoff, Godefroy Ryckewaert, Teddy Masson… ont une vrai vision de l’action à l’image, voici quelques une de leurs créations :

Les « prévis » sont des montages de scène d’action pour proposer à un réalisateur : une chorégraphie, des axes de caméra, une ambiance… Ce n’est pas toujours ce qui sera utiliser dans le film mais c’est surement ce qui se rapproche le plus des compétences du coordinateur de cascade. En voici une de Manu Lanzi pour le film Antigang

Kefi Abrikh et son équipe d’AC Stunts s’entrainent régulièrement sur des thématiques : combat scénique, sabre, désarmement… Cette réalisation de Marc David est  un « vidéo concept » de combats avec des armes à feu (gunfight) dans un délire très bande dessiné inspiré des Comics et Mangas.

Godefroy Ryckewaert est un ancien pratiquant de Kung Fu à haut niveau. Après avoir terminé sa formation de cascadeur au sein du Campus Univers Cascades, il s’est tourné vers la réalisation, voici sa bande démo :

Un fan film réalisé par Vincent Gatinaud, un très bon cascadeur qui n’en démérite pas derrière une caméra non plus…

Pour terminer voici une co-réalisation que j’ai effectué avec Teddy Masson, un ancien élève du Campus Univers Cascades lui aussi qui en parallèle de sa formation de cascadeur étudiait dans une école de cinéma. Un artiste capable d’être devant et derrière la caméra…

Pas de commentaire, soyez le premier!

Merci de renseigner tous les champs, votre adresse email ne sera pas publiée